Accueil du site - Activités - Judo-Jujitsu - Arbitrage

Arbitrage : les capistes s’investissent

et de six ... !
Publié le jeudi 19 avril 2007.


L’équipe d’arbitres du CAP s’étoffe en la personne d’Alain Lejeune. Ce dernier a passé le 14 avril son F1(arbitre départemental) et a donc rejoint Jean-Pierre (F3/ arbitre inter-régional), Jéremy (F1), Jimmy (F1), Raphaël (F1) et Thomas (F1). D’autres pourraient suivre prochainement comme Julien.

Pour être proposé à l’examen, le stagiaire doit satisfaire à trois "épreuves". La première lui permettant d’accèder aux deux autres. En effet l’arbitre stagiaire doit obtenir une moyenne de 15 sur l’ensemble des évaluations de l’année. Ces notations sont réalisées par une équipe d’évaluateurs dont le rôle consiste à juger l’élève en situation d’arbitre ; Une feuille lui est remise en fin de compétition où il est noté l’ensemble des points satisfaisants ou/et à améliorer.

Cette moyenne obtenue, le stagiaire est convoqué à l’examen. Deux parties le composent : une partie théorique avec un questionnaire et une partie pratique. Pour réussir l’examen la moyenne des trois épreuves doit être égale ou supérieure à 15.

L’arbitrage nécessite des qualités dont peuvent se prévaloir notamment Jimmy et Thomas puisqu’ils sont régulièrement les mieux classés lors des évaluations. Cette constance leur permettra sans doute d’être proposé à l’examen de F2 (arbitre régional) l’an prochain.

Connaissance permanente des règles, lucidité, objectivité, assurance dans la prise de décision, rigueur, gestion du stress et de la pression, capacité de remise en cause, acceptation de la critique, travail d’équipe avec les juges et les commissaires sportifs, sont les atouts du bon arbitre, cela s’acquiert au fil du temps, des compétitions officielles et des tournois amicaux.

Ces exigences légitimes nécessitent donc de la préparation et doit commencer tôt, c’est pourquoi il est important que des jeunes soit initiés à l’arbitrage. Le CAP doit continuer à sensibiliser ses adhérents à cette dimension du judo.

Cela passe également par la pratique du judo. Etre un bon arbitre c’est être un judoka "en exercice" car observer le déroulement d’un combat pour en saisir le sens tactique, sentir voire pressentir ce qui peut advenir, lire les trajectoires, c’est une dimension supplémentaire dont seuls les judokas pratiquants peuvent plus aisément en retirer la substantifique moëlle.